L’université et le quartier historique d’Alcalá de Henares

 Alcalá de Henares est une ville de Castille, située à mi-chemin entre Madrid et Guadalajara. Elle tire son nom de la forteresse maure construite au VIIIe siècle, « al Qal’a Abd al Salam » et de la rivière Henares, affluent du Tage, passant à proximité.

L'université d'Alcalá

L’université d’Alcalá

Reprise définitivement aux Sarrasins en 1118, Alcalá devient une seigneurie des archevêques de Tolède en 1129. Au début du XVIe siècle, l’un d’entre eux, le cardinal Cisneros décide d’y implanter une université à partir de rien. Autour de cette institution, se développe un urbanisme moderne, modèle de la cité de Dieu et, dans ce contexte d’activité intellectuelle et architecturale intense, naît le plus grand écrivain espagnol : Miguel de Cervantes Saavedra. En conséquence, en 1998, l’UNESCO décide de classer l’université et le quartier historique d’Alcalá de Henares sur la liste du patrimoine mondial.

L’université du cardinal Cisneros

En 1495, Francisco Jiménez de Cisneros (1456-1517) devient archevêque de Tolède et, à ce titre, il est aussi seigneur d’Alcalá. D’ailleurs, à partir de 1497, il s’occupe d’y faire reconstruire la cathédrale par deux artistes qu’il connaît bien, Antón et Enrique Egas, qui travaillent aussi pour la cour de Tolède. En 1500-1501, Isabelle la Catholique charge l’archevêque de Cisneros de visiter les universités de Salamanque et Valladolid où il remarque le peu de place fait aux études de théologie. C’est pourquoi, en 1506, il décide de créer sa propre université à Alcalá de Henares, sur des bases nouvelles. Pourtant, la ville possède la Escuela General fondée en 1293 et les trois chaires d’art du couvent des Franciscains (1495) mais ce n’est que bien peu de choses à côté du rayonnement « international » de la nouvelle université. Celle-ci, appelée la Complutense d’après le nom romain d’Alcalá, Complutum, donne la priorité aux études de théologie, à travers l’étude des langues – le latin, le grec, l’hébreu, l’arabe et le chaldéen – pour permettre de connaître la Bible dans ses textes d’origine. En 1509, le cardinal Cisneros se retire à Alcalá où il participe à la Biblia Complutensis dont le texte, rédigé à la fois en grec, en hébreu, en latin et en chaldéen, est imprimé par l’université de1514 à 1517.

Le cardinal Cisneros installe d’abord l’université dans le collège San Ildefonso, construit par Pedro Gumiel vers 1500, l’architecte attitré du cardinal. Au milieu du XVIe siècle, l’université est reconstruite par Rodrigo Gil de Honta­­ñon, dans le plus pur style plateresque. La façade à trois étages, dont le dernier s’ouvre par une loggia, développe un décor exubérant autour des ouvertures mais le mur reste sobre. Autour de l’université, sont construits de très nombreux collèges, pour héberger la nouvelle population estudiantine. Ils appartiennent généralement à des ordres religieux. Alcalá de Henares est la première ville conçue et construite uniquement en tant que siège d’une université et sert ensuite de modèle à d’autres institution d’enseignement, en Europe comme dans le nouveau monde.

La ville idéale

La forteresse maure reste l’essentiel de la ville d’Alcalá de Henares jusqu’au XIVe siècle. Mais progressivement, des quartiers suburbains se créent, le long des différentes voies partant de la ville et donc près des portes. Des couvents et autres fondations religieuses se multiplient extra-muros, au cours du XVe siècle, au point que l’archevêque Alonso Carillo de Acuña décide de construire une nouvelle enceinte fortifiée, au milieu de ce siècle.

La création de l’université change entièrement le visage d’Alcalá de Henares, tant sur le plan culturel que sur les plans économiques et urbanistiques. La ville connaît une transformation radicale, avec la construction d’un grand nombre de centres religieux et de maisons archiépiscopales. Le type de la maison avec patio se met aussi en place à ce moment-là. Le cardinal Cisneros est aussi l’artisan de la création du quartier universitaire, aux pâtés de maisons réguliers, et des services publiques. Ainsi, les rues sont pavées, un réseau d’assainissement est tracé et les murailles sont restaurées. Pour cela, Cisneros s’est inspiré de saint Augustin, essayant de créer une ville suivant le concept de Cité de Dieu (Civitas Dei), communauté urbaine idéale. Pour la première fois, cet idéal devient une ville réelle. Alcalá sert ensuite de modèle pour les universités d’Europe et son schéma est exporté par les missionnaires espagnols vers les colonies d’Amérique. Une gravure de la ville, datant de 1565, aujourd’hui conservée à la Oesterreichister Bibliothek de Vienne, donne une idée de l’Alcalá du XVIe siècle.

La patrie de Cervantes

Pour l’Europe de la Renaissance, Alcalá de Henares est l’archétype de la ville universitaire, apportant une large contribution au développement intellectuel de l’humanité, principalement dans les matières linguistiques. Il paraît donc normal que la figure la plus éminente de la littérature espagnole soit née dans cette ville. En effet, Miguel de Cervantes Saaveda, le célèbre auteur du Don Quichotte de Manche, voit le jour dans ce milieu riche d’enseignement, en 1547.

Pendant le dernier tiers du XVIIe siècle, Alcalá perd peu à peu des étudiants et commence une lente mais progressive décadence, qui n’est autre que le reflet général de la situation espagnole. Le XVIIIe siècle marque définitivement le déclin de la ville et de son université qui finit par être transférée à Madrid en 1838. Vidée de son cœur, Alcalá entre dans une sorte de sommeil. Aujourd’hui c’est une ville essentiellement touristique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s