La Cathédrale de Chartres

Chartres est, au Moyen Age, une ville de toute première importance, à la fois carrefour commercial et lieu de pèlerinage.

Portail nord de la cathédrale Notre-Dame de Chartres

Portail nord de la cathédrale Notre-Dame de Chartres

 

De plus, c’est le siège d’un évêché auquel est attaché une école prestigieuse. En conséquence, la ville se doit d’avoir une cathédrale de grande ampleur. Les évêques successifs s’y attachent mais les vicissitudes du temps ne jouent pas en leur faveur.

Un projet semé d’embûches

L’histoire de la construction de la cathédrale de Chartres est complexe et c’est presque un miracle qu’elle soit devenue l’édifice que l’on connaît. En effet, tout au long de sa construction, la cathédrale subit plusieurs incendies. Le premier, vers 1020, est l’occasion pour l’évêque Fulbert de reconstruire une cathédrale grandiose. Mais le seul témoin qui en reste est la crypte car, en 1134, un nouvel incendie la ravage.

Un clocher isolé est alors érigé au nord et en 1145, le portail royal est construit autour. Les travaux en sont là lorsqu’en 1194, un autre incendie rend nécessaire une troisième reconstruction. Elle débute aussitôt par la partie orientale de l’édifice, c’est-à-dire le choeur et le transept. Le chantier évolue très rapidement car les moyens financiers mis au service des maîtres d’ouvrage sont extraordinaires. Le chapitre de la cathédrale profite en particulier des dons des pèlerins. En 1260, l’édifice est totalement achevé.

Des architectes de talent

Deux architectes y travaillent successivement. Le premier réalise le plan et dirige la construction jusqu’en 1215, c’est-à-dire jusqu’au voûtement du choeur. Le second prend sa suite et achève l’œuvre. La combinaison de leurs talents et des moyens font de la cathédrale de Chartres le chef-d’œuvre du gothique classique, style qu’elle inaugure. En effet, elle abandonne la voûte sexpartite au profit d’une voûte quadripartite de plan barlong. Les supports ne sont donc plus alternés et sont conçus en fonction de la retombée des voûtes. L’élévation est à trois niveaux, sans tribunes, car l’invention de l’arc boutant les rend inutiles. Ceux de Chartres ne sont pas les premiers construits en France mais ils ont ceci d’original qu’ils recherchent une certaine élégance. Par la suite, la cathédrale de Chartres est largement imitée, dans toute l’Europe.

Un siècle et demi d’histoire de la sculpture

Si la construction est rapide, en revanche la sculpture de Chartres montre l’évolution de la sculpture gothique depuis le milieu du XIIe siècle jusqu’à la fin du XIIIe siècle.

Statues colonnes du portail de la cathédrale de Chartres

Statues colonnes du portail de la cathédrale de Chartres

Les statues-colonnes du portail royal (vers 1145) ne sont peut-être pas les premières du genre mais sont sans doute les mieux conservées. Vers 1200, le programme sculpté est mis en place aux bras du transept, d’abord au nord, puis au sud, jusqu’en 1230. On y voit encore des statues-colonnes mais elle ont un style plus souple et les sculpteurs essaient de créer des liens entre les personnages. La sculpture se détache peu à peu de l’architecture. La galerie des rois de la façade occidentale témoigne du style de la fin du XIIIe siècle.

Des vitraux exceptionnels

Enfin, il semble difficile de parler de la cathédrale de Chartres sans en évoquer les extraordinaires vitraux. En effet, ils sont uniques au monde et cela pour plusieurs raisons. D’abord, ils représentent une superficie de 2600 mètres carrés, ce qui est déjà exceptionnel. Ensuite, il montrent l’évolution de l’art du vitrail depuis 1140 jusqu’aux années 1230.

Vitraux de la cathédrale Notre-Dame de Chartres

Vitraux de la cathédrale Notre-Dame de Chartres

Notre-Dame de la Belle Verrière, au bleu lumineux, en est un des chefs d’œuvre. Enfin, les vitraux de Chartres constituent un programme iconographique complet car ils sont jusqu’à nous en bon état de conservation. Ainsi, lors des deux guerres mondiales, l’ensemble des vitraux a été déposé afin d’être préservé.

En 1979, l’UNESCO décide de classer ce chef d’œuvre de l’art gothique au patrimoine mondial.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s