Les Vaudois, les « protestants » du Moyen Age

Du XIIe au XVe siècle, la doctrine mise en pratique par la secte vaudoise en fait un précurseur du protestantisme.

Massacre des Vaudois de Mérindol - Gustave Doré

Massacre des Vaudois de Mérindol – Gustave Doré

Le mouvement vaudois est une secte chrétienne ayant pour objectif la prédication itinérante et l’idéal de vie évangélique. Elle est fondée dans le dernier quart du XIIe siècle, par Pierre Valdo ou Valdès.

Pierre Valdo, le père des « pauvres de Lyon »

Pierre Valdo (vers 1140 – vers 1220) est un riche marchand de Lyon qui décide subitement de renoncer à tous ses biens, pour prêcher le retour à la vie évangélique. Il vend tout ce qu’il possède, donne la moitié de l’argent à sa femme et consacre le reste à secourir les pauvres et à faire copier la Bible, traduite en langue vulgaire.

Rapidement, de nombreux disciples le rejoignent, formant ainsi une communauté soumise aux trois vœux monastiques – pauvreté, obéissance et chasteté – et consacrée à la prédication itinérante. Ceux qu’on appelle les « pauvres de Lyon » se multiplient au point que, dès 1180, l’archevêque de Lyon leur interdit la prédication. Au IIIe Concile de Latran (1179), Alexandre III avait approuvé leur règle de vie mais avait renvoyé leur droit à prêcher à la décision de l’archevêque.

Pourtant, les Vaudois continuent la prédication. En 1184, au Concile de Vérone, le pape Lucius III les excommunie. Non seulement Valdo refuse de se soumettre, mais il rejette l’autorité et la doctrine de l’Eglise, auxquelles il substitue sa propre autorité et sa doctrine. En conséquence, il doit bientôt quitter Lyon et, accompagné de ses disciples, il se lance sur les routes. Personne ne sait où il est allé, ni où il est mort mais, dès cette époque, ses disciples essaiment dans toute l’Europe.

Une doctrine catholique hors de l’Eglise

Si les Vaudois sont considérés comme des hérétiques, ils ont pourtant des conceptions théologiques essentiellement catholiques, basées sur la valeur positive des Ecritures, sur le libre arbitre, ainsi que sur la croyance aux saints sacrements et en la transsubstantiation. Refusant toute forme de hiérarchie, ils rejettent l’organisation de l’Eglise romaine et créent ainsi un schisme irréparable.

Pourtant, Valdo se voit dans la nécessité d’instaurer pour ses disciples une hiérarchie à trois degrés, avec des diacres, des prêtres et des évêques. Le rigorisme absolu des Vaudois, en ce qui concerne l’interprétation des Ecritures, les amène aussi à rejeter tout ce qu’ils considèrent comme des ajouts au message biblique: communion des saints, croyance au purgatoire et prières pour les morts.

A l’instar des Cathares, ils refusent toute forme de serment et toute effusion de sang, allant ainsi à l’encontre de la société féodale qu’ils considèrent comme faussement chrétienne. Enfin, ils condamnent l’Eglise romaine pour ses richesses et sa corruption. Sur bien des points, les protestants peuvent se réclamer de l’héritage vaudois.

Expansion et diversité

Malgré leur interdiction, les Vaudois ne cessent de se répandre pendant les XIVe et XVe siècles. Ils sont présents en France, en Italie, en Suisse, en Autriche, en Allemagne et jusqu’en Baltique, en Bohême, en Moravie, en Hongrie et en Pologne. Avec le temps, il devient difficile de donner une définition doctrinale qui vaille pour tous les Vaudois, car dans certains pays, le valdéisme subit l’influence d’autres sectes. En Italie du Nord, il est très tôt influencé par les humiliés lombards et, en 1218, les « pauvres lombards » se séparent des « pauvres de Lyon ». En Languedoc, les Vaudois sont influencés par la doctrine des Cathares.

Après la disparition de Valdo, les vauderies se nationalisent et deviennent indépendantes; c’est le cas pour les branches italienne, alpestre et allemande. Les vaudois de Bohème s’éparpillent dans les sectes hussites ou anabaptistes. Les Vaudois d’Espagne sont rapidement convertis ou condamnés au bûcher. En France, ils sont l’objet d’une croisade, en même temps que les Cathares auxquels ils sont très souvent assimilés sous le nom d’Albigeois, mais les vaudois se laissent plus facilement convertir et combattent parfois les Cathares. Ce sont dans les vallées savoisiennes et dauphinoises des Alpes et en Provence que les Vaudois se maintiennent le plus longtemps.

La survie du valdisme

Au début du XVIe siècle, il ne reste plus que quelques îlots vaudois, essentiellement dans le sud de l’Italie, dans le Piémont, en Dauphiné et en Provence. En 1532, les Vaudois adhèrent à la Réforme protestante, sous l’influence de Guillaume Farel. Le mouvement vaudois devient ainsi une Eglise réformée. Il participe d’ailleurs largement à la diffusion de la foi réformée dans le Piémont. Ailleurs, les Vaudois continuent d’être persécutés. Ceux de Calabre et des Pouilles sont exterminés en 1560 et ceux de Provence et du Dauphiné subissent le même sort que les autres protestants de France, après la révocation de l’Edit de Nantes (1685).

En 1664, la patente de Turin assure les Vaudois de Savoie d’une certaine tolérance mais de courte durée, puisqu’ils sont chassés à deux reprises, en 1689 et 1698. Certains s’installent en Suisse, dans le Wurtenberg et en Hesse. Revenus par la suite en Savoie, un statut très libéral leur est officiellement accordé par le roi Charles Albert, en 1848. Ils se lancent alors dans l’évangélisation de toute l’Italie et même, à la faveur d’une émigration massive, ils installent une église vaudoise en Uruguay.

Aujourd’hui, il subsiste en Piémont une église évangélique vaudoise qui possède de nombreuses écoles et une faculté de théologie, ainsi que des centres d’action sociale. Dans le monde, les Vaudois seraient encore 46 000, dont 26 000 en Italie et 13 000 en Uruguay.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s