La cathédrale de Spire et l’origine du style rhénan

La cathédrale de Spire, magnifique église romane Rhénane, est construite par l’empereur Conrad II. A sa mort en 1039, elle devient la nécropole impériale.

Vue orientale de la cathédrale de Spire

Vue orientale de la cathédrale de Spire

La cathédrale de Spire porte le double vocable de Sainte-Marie et Saint-Etienne. Cette magnifique église romane située en Rhénanie, est construite à partir de 1030 environ, à l’initiative de l’empereur Conrad II. A la mort de ce dernier, en 1039, il s’y fait inhumer de même que ses successeurs. La cathédrale devient alors la nécropole de la dynastie impériale salienne.

Une architecture impériale

La construction débute par le chœur, le transept et l’immense crypte située en dessous. L’ensemble de l’édifice est consacré en 1061 mais les travaux ne s’achèvent qu’au début du XIIe siècle. En effet, de 1081 à 1106, le chœur puis le transept et la nef sont renforcés et partiellement transformés.

L’église, d’abord prévue avec un couvrement de charpente sur la nef centrale, est finalement pourvue d’une voûte d’arête. Malgré quelques adjonctions, l’église romane est restée intacte jusqu’en 1689, date d’une destruction partielle due aux armées de Louis XIV. Réparée au XVIIIe siècle, la cathédrale subit une restauration abusive (1843-1858) encore visible dans la façade. De 1957 à 1972, une nouvelle restauration tente de supprimer les effets de la première.

La cathédrale de Spire se distingue par ses dimensions proches du gigantisme (130 x 50 m), expression de la puissance impériale, mais aussi par l’harmonie de son architecture, à la fois homogène et épurée. A l’intérieur, les chapiteaux ne sont pas sculptés et les supports sont traités de manière à lier les différents niveaux. L’extérieur dégage une impression de force et d’équilibre des masses, notamment grâce aux tours qui dominent l’édifice.

Lieu de naissance d’un style

La cathédrale de Spire, bien qu’étant un monument roman à part entière, influencé par l’art méridional, continue à tenir compte de la tradition architecturale carolingienne et ottonienne. Son influence sur l’architecture rhénane est importante et durable.

Coupole de la croisée du transept - Spire

Coupole de la croisée du transept – Spire

Ainsi croisée du transept de la cathédrale de Spire n’est pas sans rappeler la chapelle royale d’Aix-la-Chapelle. Sa coupole montée sur un octogone à baies aveugle reprend le schéma du monument de la Renaissance carolingienne.

De même, les arcs bicolores, qui anime avec régularité l’ensemble du monument, existe déjà à Aix et continue à exister dans les églises de Rhénanie. Jamais, dans cette région, ni même en Allemagne, le style gothique ne s’impose et le style rhénan conserve pour de longs siècles une prédominance qui perdure jusque dans le style baroque.

Cet édifice prestigieux est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1981.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s