Le miracle capétien

La dynastie des Capétiens directs comprend treize rois qui règnent sans discontinuer sur le royaume de France pendant 341 ans, jusqu’en 1328.

Hugues Capet - Premier roi des Francs de la Dynastie Capétienne

Hugues Capet – Premier roi des Francs de la Dynastie Capétienne

Les Capétiens forment la troisième dynastie royale de France et tirent leur nom de leur premier représentant, Hugues Capet, qui devient roi en 987. Si l’on compte dans cette lignée royale, outre les Capétiens directs, les Capétiens-Valois, les Valois-Orléans, les Valois-Angoulême et les Bourbons, les Capétiens ont régné sur la France jusqu’en 1792. Il n’est ici question que des capétiens directs.

L’élaboration de la dynastie : Robertiens et Capétiens

De manière générale, les Capétiens sont les descendants de Robert de Fort (mort en 866), marquis de Neustrie, comte de Paris, d’Anjou et de Blois, qui à plusieurs reprises se soulève contre Charles le Chauve. Jusqu’à Hugues Capet, ses descendants sont appelés Robertiens mais ne forment pas réellement une dynastie car ils exercent une alternance du pouvoir avec les derniers Carolingiens.

Les deux fils de Robert le Fort deviennent rois de France: Eudes, marquis de Neustrie et comte de Paris, est roi de 888 à 898; Robert Ier est roi en 922-923. Son fils, Hugues le Grand (mort en 956), ne porte jamais le titre de roi mais celui de « duc des Francs », ce qui revient au même. Hugues Capet est son fils et le premier véritable Capétien car il inaugure une ligne continue de rois.

Causes et limites du « miracle capétien »

Pendant 341 ans, de 987 à 1328, les régences sont rares et se passent relativement bien; les souverains capétiens sont de bons rois et quelques uns sont même exceptionnels. Il s’agit bien d’un miracle, après les catastrophes qu’ont connu les deux dynasties précédentes, notamment en ce qui concerne les problèmes de succession.

Dès son accession au trône, Hugues Capet se consacre à fixer les premières règles successorales. D’abord, il se fait sacrer à Noyon ou Reims, devenant ainsi souverain de droit divin, jusqu’à sa mort. En 987, il fait couronner son fils Robert et l’associe au pouvoir. Le successeur d’Hugues est tout désigné et le titre devient héréditaire.

Pour conserver l’unité du royaume, il ne lui attribue aucune terre personnelle: il y a deux rois mais un seul royaume qui est transmis dans son intégralité, de père en fils. Pourtant, un problème de succession se pose pendant le règne de Robert II. Il a trois fils et quand le premier meurt, il choisit le deuxième pour lui succéder, privilégiant le principe du droit d’aînesse. La règle successorale étant ainsi fixée, les contestations des branches latérales de la dynastie restent mineures, d’autant plus qu’elles reçoivent des terres en apanage contre une promesse d’hommage au roi.

Pourtant, quand Louis X meurt en 1316, il a une fille, Jeanne, et sa seconde épouse est enceinte. En attendant la naissance, son frère Philippe assure la régence. Jean le Posthume naît mais ne survit qu’une semaine. Est-ce Jeanne ou Philippe qui doit lui succéder ? Philippe V est choisi. Dès son accession au trône, il entérine la loi salique selon laquelle les femmes ne peuvent pas accéder au trône de France. Il meurt sans héritier. Son frère Charles IV lui succède. En 1328, il meurt à son tour, sa femme étant enceinte. L’histoire recommence: Philippe de Valois assure la régence. C’est une fille qui naît et il devient alors roi sous le nom de Philippe VI. La dynastie des Capétiens directs est éteinte, laissant place à celle des Valois.

Un royaume unifié

Les Capétiens s’attachent aussi à une seconde tâche de grande importance: atteindre l’unité du royaume que les dynasties précédentes n’ont pas su maintenir. En effet, le Xe siècle voit le territoire du royaume s’émietter en une multitude de petites seigneuries. Les Capétiens se consacrent à la reconquête du domaine royal pendant six générations et, pour cela, ils profitent des occasions plus qu’ils n’en créent. Leur progression est sûre mais lente.

Hugues Capet, Robert II et Henri Ier ont un domaine royal restreint, centré autour d’Orléans, plus quelques seigneuries d’Ile-de-France. Ils préfèrent consolider leur domaine. Philippe Ier, en acquérant le Gâtinais et le Vexin, lance des ponts entres ses possessions et commence l’expansion. En 1100, il achète la vicomté de Bourges. Louis VI assure la continuité et l’homogénéité du domaine royal, grâce à des actions militaires. Louis VII gagne le duché d’Aquitaine par son mariage avec Aliénor mais il le perd ensuite en la répudiant.

Philippe Auguste, quant à lui, intègre de grands fiefs à la couronne: la Normandie et des territoires du Nord. Blanche de Castille, mère de Louis IX, récupère le Languedoc, en 1229, et son fils obtient l’hommage du roi d’Angleterre pour la Guyenne. Le royaume est devenu un grand ensemble territorial sur lequel les souverains peuvent asseoir leur puissance.

Le renforcement du pouvoir royal

Les Capétiens ont su jouer des lois, des circonstances et des guerres pour assurer la puissance et l’unité du royaume de France. Ils décident aussi de renforcer leur pouvoir personnel. Pour cela, au XIIe siècle, Suger élabore la théorie selon laquelle le roi est à la tête de la hiérarchie féodale. Ainsi, il n’est le vassal de personne et surtout le suzerain de tous. Etant intégrée au système féodal, la royauté devient le maillon nécessaire d’une chaîne de fidélité. Enfin au XIIIe siècle, le roi des Francs devient le roi de Franc : il est « empereur en son royaume ».

Sur ces bases, allait naître l’Etat moderne, avec l’un des derniers Capétiens, Philippe IV le Bel, et allait surtout se développer sous les Valois.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s