Etienne Marcel: au cœur de Paris aujourd’hui comme au Moyen Age

Les Parisiens connaissent bien Etienne Marcel, pour sa station de métro et sa rue, mais que savent-il de l’homme, personnage important du Paris médiéval?

L'asassinat d'Etienne Marcel -  Jean Froissart, Chroniques. Flandre, Bruges XVe s. fol. 230. (BNF , FR 2643)

L’asassinat d’Etienne Marcel – Jean Froissart, Chroniques. fol. 230. (BNF , FR 2643)

Etienne Marcel appartient à une très riche et très puissante famille de drapiers parisiens. Le premier texte le mentionnant date de 1336 et le cite en tant que fournisseur de la cour de Philippe VI. Son ambition et son manque de scrupule vont l’amener à devenir prévôt des marchands de Paris et à se révolter contre le pouvoir en place.

Ambition et soif de pouvoir

Etienne Marcel utilise d’abord le mariage pour d’arriver à ses fins. Il épouse Jeanne Dammartin, fille d’un échevin parisien, mais elle meurt en 1344. Très vite, il la remplace par Marguerite des Essarts qui lui apporte une dot importante et le fait entrer dans la très haute bourgeoisie d’affaires. En effet, son père, Pierre des Essarts, est le banquier du roi. Malgré cela, Etienne Marcel ne parvient pas à prendre de l’envergure. De plus, en 1353, comme beaucoup d’autres commerçants parisiens, il perd la clientèle royale au profit des marchands étrangers.

La bourgeoisie parisienne, mécontente, souhaite alors se mêler de politique et tente de suivre l’exemple des villes flamandes, qui se sont révoltées contre le roi Philippe IV pour conserver leur indépendance. C’est dans ce contexte houleux qu’en 1355, Etienne Marcel devient prévôt des marchands et, grâce à cette fonction, contrôle le commerce et le gouvernement de Paris.

Un révolutionnaire avant l’heure

La même année, il a l’occasion de s’exprimer, lors de la réunion des Etats généraux. Il affirme que les mauvais conseillers du roi Jean sont responsables des malheurs du royaume et que le peuple a le devoir d’exercer un contrôle sur le pouvoir royal. Lorsqu’en 1356, Jean II le Bon est fait prisonnier, il préfère soutenir Charles le Mauvais, roi de Navarre et gendre du roi, qui souhaite accéder au trône de France, plutôt que le dauphin Charles. Etienne Marcel a la population parisienne de son côté. Grâce à des qualités de meneur de foule exceptionnelles, en janvier 1357, il est à la tête des bourgeois et des gens de métier, quand ceux-ci descendent dans la rue.

La même année, des représentants sont nommés par les Etats pour entrer au Conseil royal. Etienne Marcel est parmi eux. Mais le dauphin ne les accepte pas. La ville est alors en pleine effervescence. Le prévôt des marchands décide de créer une milice dont les membres portent un bonnet rouge et bleu et qui participe largement aux émeutes.

En février 1358, le peuple finit par envahir les appartements du dauphin et assassine ses conseillers, les maréchaux de Champagne et de Normandie. Etienne Marcel réussit à sauver Charles, in extremis, en lui mettant le bonnet rouge et bleu sur la tête. Le dauphin le nomme alors au Conseil royal. Mais son alliance avec le roi de Navarre commence à être gênante et il n’arrive plus à contrôler la révolte.

Des volte-face qui le mènent à sa perte

Le dauphin, nommé régent en mars 1358, s’enfuit aussitôt. Il convoque les Etats de langue d’oïl à Compiègne. Il y obtient une aide financière afin de reconquérir Paris. De son côté, Etienne Marcel fait appel aux Jacques, paysans révoltés, pour le soutenir, mais Charles le Mauvais les fait massacrer. Malgré tout, le prévôt ne peut se passer de son alliance avec le roi de Navarre et il le rappelle à Paris pour faire face au blocus entrepris par le dauphin.

Le Navarrais soutient cependant le parti anglais, cela exaspère les bourgeois qui décident de lâcher leur prévôt et de se retourner du côté du dauphin qui semble avoir tous les atouts. Le 15 juin, Etienne Marcel est nommé capitaine général. A ce poste, il est obligé de combattre les troupes anglo-navarraises. Et c’est en essayant de les faire entrer secrètement dans Paris qu’il est arrêté, le 31 juillet 1358, par l’échevin Jean Maillart qui le fait exécuter sur le champ, en tant que traître. Son corps est ensuite livré à la foule.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s