Bernard de Clairvaux et l’art cistercien

Au moment où Suger imagine l’art gothique à Saint-Denis, Bernard de Clairvaux élabore l’art cistercien: deux styles opposés mais entièrement dédiés à la gloire de Dieu.

Cloître de l'abbaye de Fontenay

Cloître de l’abbaye de Fontenay

Bernard est né en 1090, dans une famille de moyenne noblesse bourguignonne. Après avoir connu une vie mondaine, il prend la décision, au printemps 1112, de se faire moine à Cîteaux, attiré par l’austérité et le dénuement de l’ordre fondé par Robert de Molesmes. Très vite, le jeune moine devient un élément essentiel de l’ordre.

Le plus illustre des Cisterciens

A la demande d’Etienne Harding, abbé de Cîteaux, Bernard fonde, en 1115, l’abbaye de Clairvaux, près de Troyes. Il en devient abbé et le reste jusqu’à la fin de ses jours, en 1153. Malgré des débuts difficiles, ce monastère connaît un succès important, grâce, en grande partie, aux qualités d’administrateur du jeune abbé. En même temps, Bernard devient une figure tellement importante de l’ordre cistercien, qu’il ne semble pas possible de les dissocier, même si Bernard n’est pas Cîteaux.

A l’instar de son ordre, il prône la fuite du monde, la pauvreté et le travail manuel mais, à cela, il ajoute la mise en valeur de la pureté, notamment en développant le culte de Marie, et le mépris du divertissement. Ainsi, il symbolise le nouveau monachisme face aux conceptions défendues, à Cluny, par Pierre le Vénérable.

En effet, dénonçant les abus qui, à ses yeux, mettent en péril l’Eglise et attaquant tout ce qui lui paraît relever de l’orgueil humain, il entretient une polémique avec les clunisiens, dont il critique la richesse et l’art trop peu austère. C’est dans cet esprit qu’il décide de codifier l’art cistercien: l’architecture des abbayes cisterciennes contraste avec la profusion de décors des monastères clunisiens.

Sobriété et harmonie comme principe esthétique et spirituel

Les premières constructions cisterciennes suivent les préceptes que Bernard énonce en 1125, dans une lettre, l’Apologie. Toute forme de luxe et de décor est bannie. Ainsi, les édifices de trop grande dimension, les clochers de pierre, les peintures et les sculptures, sont interdits comme contraires à la simplicité et à la pauvreté.

Ses prescriptions capitulaires en matière d’aménagement sont très strictes: il souhaite que les monastères de l’ordre de Cîteaux vivent dans une complète autarcie. L’église est un lieu de réunion pour les moines et les convers d’où les laïcs sont exclus. Le cloître regroupe les bâtiments communautaires.

Les idées de Bernard sont rapidement mises en pratique à l’abbaye de Clairvaux, dès 1135. Malheureusement, il ne reste que peu d’éléments des bâtiments du XIIe siècle. En tout cas pas assez pour se faire une idée de la réalité de l’architecture de l’époque. En revanche, l’abbaye bourguignonne de Fontenay, fondée en 1119 par Bernard de Clairvaux, illustre bien l’idéal autarcique des premières communautés de moines cisterciens.

Fontenay, « fille » de Clairvaux: une architecture conforme à l’esprit de saint Bernard

Les travaux de l’abbaye de Fontenay commencent en 1139 par l’église abbatiale. Le plan de l’église est d’une symétrie très rigoureuse inspirée, par le plan de l’abbatiale de Clairvaux, qui connaît une très grande diffusion dans l’ordre. L’église a la forme d’une croix latine, avec une longue nef de huit travées, flanquée de collatéraux, un vaste transept, sur les bras duquel s’ouvrent quatre chapelles, et enfin un sanctuaire rectangulaire sert de chœur. Ce dernier est d’ampleur restreinte car, les laïcs n’ayant pas accès à l’abbatiale, les moines se tiennent dans la nef et non dans le chœur.

L’édifice est construit en moellons, sauf pour la façade et les supports intérieurs qui sont en pierre d’appareils, et il est entièrement voûté. Le vaisseau central est couvert d’un berceau brisé soutenu par des arcs doubleaux; les bas-côtés ont des berceaux transversaux comme à Cîteaux, Clairvaux et Morimond. L’élévation de la nef a un seul niveau, alors l’éclairage se fait indirectement, par les bas-côtés. Pourtant, l’église est baignée de lumière, grâce à un éclairage original, par de nombreuses baies percées dans la façade, l’arc triomphal et dans le mur oriental.

Construite sur le modèle de sa maison mère, suivant les principes de saint Bernard et du vivant de ce dernier, l’abbaye de Fontenay représente le seul ensemble demeuré entièrement intact datant des origines de l’ordre cistercien. C’est donc un témoin exceptionnel de l’histoire de l’art et, à ce titre, elle est classée au patrimoine culturel mondial de l’UNESCO depuis 1981.

Saint Bernard meurt en 1153 et déjà, les bâtiments monastiques construits à partir du milieu du XIIe siècle, sont beaucoup moins austères que l’abbatiale. Le cloître, situé au sud possède encore des voûtes d’arêtes et des voûtes en berceau mais, très vite, l’esthétique gothique gagne les autres bâtiments: la salle capitulaire, la salle des moines et les bâtiments annexes, comme la forge, sont voûtés d’ogives. L’art « bernardin » ne résiste très peu de temps à son initiateur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s