Jean, sire de Joinville, ami et biographe de Saint-Louis

Louis IX est un roi à propos duquel les sources biographiques sont nombreuses. La plus connue est l' »Histoire de Saint-Louis » de Jean de Joinville.

BNF - Domaine public

Joinville remettant son manuscrit à Louis X

Jean de Joinville est un noble champenois de bonne éducation. Il devient sénéchal de Champagne à la mort de son père et accompagne à plusieurs reprises son seigneur, Thibaut IV de Champagne, à la cour du roi de France. Il est âgé de seulement 24 ans, en 1248, lorsqu’il s’embarque pour la septième croisade, à la suite Louis IX, à destination de l’Egypte. Des difficultés financières le poussent à passer au service du roi. Dès lors, il devient son conseiller et son confident.

Du compagnon à l’ami de toujours

Louis IX est l’un des rois de France les plus connus, en grande partie grâce à Jean de Joinville. Il est le fils de Louis VIII et de Blanche de Castille. En 1235, Blanche, qui a assuré la régence depuis la mort de Louis VIII, laisse le royaume à son fils. Son éducation a fait de Louis IX le modèle du chevalier chrétien: pieux, charitable et guerrier. Il décide donc tout naturellement de partir libérer le tombeau du Christ. Il confie le royaume à sa mère lorsque, en août 1248, il s’embarque à Aigues-Mortes pour la septième croisade.

Après avoir pris Damiette, le roi subit une défaite à Mansourah et y est fait prisonnier. Jean de Joinville est déjà à ses côtés. C’est lui qui est chargé de négocier le paiement de la rançon par les Templiers. Usant de menaces, Joinville finit par obtenir la libération du roi. Mais, c’est un échec cuisant pour Saint-Louis.

Le retour vers la France a lieu en 1254. Le sire de Joinville revient en Champagne et devient alors un familier de la cour royale. Il est même l’ami intime du roi. Cependant, étant profondément pieux, Louis s’entoure de nombreux religieux, principalement des dominicains et des franciscains. Ils ont une influence de plus en plus importante, au détriment des barons.

Le comportement du roi est empreint d’une ascèse de plus en plus rigoureuse. Cela entraîne des changements notables dans son mode de vie, ce qui ennuie son entourage, notamment Jean de Joinville, et scandalise certains de ses sujets. Malgré tout, Joinville reste un soutien important. Toutefois, il refuse d’accompagner Saint-Louis à la huitième croisade (1270), celle au cours de laquelle celui-ci trouve la mort, devant Tunis.

Une biographie hagiographique

Dès sa mort, Louis IX est vénéré comme un saint. Sa canonisation est obtenue par son petit-fils, Philippe le Bel, en 1297, lors d’une accalmie dans son conflit avec le pape Boniface VIII. Quelques temps plus tard, la reine Jeanne de Navarre, épouse de Louis X, demande au sire de Joinville de bien vouloir rédiger, sur ses vieux jours, les Mémoires du sire de Joinville, ou Histoire de Saint-Louis, ouvrage achevé en 1309.

Il s’y montre plus comme un chroniqueur que comme un historien. En effet, Joinville manque de sens critique et a tendance à servir la politique capétienne qui souhaite exploiter le prestige du roi mort à la croisade. Mais, malgré tout, son récit ne manque pas de valeur historique, notamment lorsqu’il relate des faits dont il a été témoin. C’est ainsi qu’il décrit longuement les événements de l’expédition d’Egypte.

Il a surtout laissé un magnifique portrait de Saint-Louis, le montrant avant tout dans sa vie quotidienne et souhaitant mettre en avant l’homme de guerre et de pouvoir, plus que le saint homme qu’il juge excessif. Joinville est aussi le témoin de la vie dans l’entourage royal. Ce récit, si précieux à l’historien, ne nous est malheureusement pas parvenu dans son intégralité et une reconstitution a dû être réalisée à partir de manuscrits tardifs.

Une autre source contemporaine est tout aussi importante: il s’agit des témoignages rassemblés par Guillaume de Saint-Pathus, confesseur de la reine Marguerite de Provence, veuve de Louis IX, en vue de la canonisation du roi: La Vie et les Miracles de Saint Louis . Ces deux portraits vivants de Saint-Louis ont mis en évidence le caractère contrasté, voire ambiguë, du roi de France.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s