Les châteaux de Gwynedd et la conquête du Pays de Galle

Edouard Ier est à l’initiative de la construction des plus beaux châteaux gallois, pour appuyer la colonisation anglaise.

Château de Beaumaris

Château de Beaumaris

Gwynedd est une ancienne principauté située au nord du Pays de Galles. Elle est surtout connue pour les nombreux châteaux qui ornent sa campagne et pour le rôle qu’elle a joué dans la lutte des Gallois face à l’envahisseur anglais. Le grand artisan de cette conquête, puis de la construction des châteaux, est le roi Edouard Ier (1272-1307), un des grands rois de la dynastie Plantagenêt. Pour asseoir la présence anglaise et faire face aux éventuelles révoltes, Edouard a construit notamment les magnifiques châteaux de Harlech, Conwy, Caernarfon et Beaumaris, tous classés parmi les sites du patrimoine mondial par l’UNESCO, en 1986.

Edouard Ier au Pays de Galles

L’histoire de la construction des châteaux gallois est indissociable de celle de la conquête du pays. Celle-ci commence sous le règne d’Henri III (1216-1272) qui lance alors un important programme de construction, mais le Pays de Galles reste un nid de révolte qu’il ne réussit pas à pacifier.

Château de Conwy

Château de Conwy

Les premières victoires anglaises sont à mettre à l’actif de son fils, Edouard Ier, lors de la campagne de 1277. A cette occasion, la restauration de certains châteaux est devenue nécessaire, afin de conserver le contrôle de la région. Mais une révolte a lieu en 1282-1283 et la signature du traité de Ruddlan (1284) accroît la résistance galloise.

Pourtant, Edouard Ier est déterminé à ne plus avoir à se battre dans cette région. Il lui faut donc étendre la « ceinture » de fortifications. Son programme de construction se présente comme le complément du schéma de son père, mais il y apporte une nouvelle conception stratégique. Son plan est de réparer et reconstruire là où c’est possible et, sinon, de construire ex nihilo. C’est le cas des quatre grands châteaux de Gwynedd, une région considérée comme la plus dangereuse. Il y concentre ses efforts, notamment après la révolte de 1294-1295 avec la construction de Beaumaris.

Pour la réaliser cet «Iron Ring» (ceinture de fer), le roi s’adjoint les services d’un maître maçon venu du continent, maître James de Saint-Georges, qui devient architecte de la couronne jusqu’à la mort d’Edouard.

L’œuvre de maître James de Saint-Georges

Tirant son nom du château de Saint-Georges d’Espéranche, en Savoie, auquel il a travaillé, maître James participe à douze des dix-sept châteaux construits ou consolidés par Edouard Ier. Mais son grand œuvre est le plan des quatre grands châteaux de Gwynedd. Depuis son premier ouvrage à Ruddlan jusqu’au dernier à Beaumaris, il perfectionne le plan concentrique, dont les murs d’enceinte contiennent d’autres murailles.

Château de Harlech

Château de Harlech

Les châteaux d’Harlech, Conwy et Caernarfon (1283) sont de conception plus primitive que celui de Beaumaris (1295), qui est la forme la plus évoluée du plan concentrique. Outre leur plan, ces châteaux ont comme point commun d’être accompagnés d’une bastide peuplée de colons anglais, selon le modèle Gascon.

Conwy, Harlech et Beaumaris: l’élaboration d’un système défensif

Le château de Conwy est construit à partir de mars 1283 et jusqu’en 1287. Contrairement aux autres, son plan n’est pas concentrique, la nature de la roche sur laquelle il est implanté ne le permettant pas. Ce château est magnifiquement bien conservé.

La construction du château d’Harlech débute en avril 1283, sur un rocher en bord de mer. Les travaux durent six ans. Cette fois-ci, il s’agit d’un château parfaitement concentrique où la ligne de défense est enserrée par une autre. Le mur extérieur est aujourd’hui ruiné.

Enfin, en 1295, les travaux du château de Beaumaris sont entamés afin de clore l’«Iron Ring». C’est probablement l’exemple le plus sophistiqué d’architecture militaire de Grande-Bretagne, l’aboutissement de la réflexion stratégique de maître James de Saint-Georges, mais il demeure inachevé.

Caernarfon, symbole de la royauté anglaise

Le château Caernarfon, construit à partir de mai 1283, est sans doute le plus connu des châteaux gallois. Dès 1284, il est le siège du pouvoir et le symbole de la domination anglaise sur les Gallois. Edouard II y naît cette année-là et est aussitôt désigné comme prince de Galles.

Château de Caernarfon

Château de Caernarfon

Depuis, tous les héritiers de la couronne anglaise portent ce titre et le reçoivent à Caernarfon. La construction du château dure jusqu’en 1330. Ses pierres polychromes, sa situation littorale et son étendue lui confèrent une grande majesté.

Lorsqu’Edouard Ier se lance à la conquête de l’Ecosse, à partir de 1296, maître James le suit et y continue son œuvre d’architecte de la couronne.

Advertisements

4 réponses à “Les châteaux de Gwynedd et la conquête du Pays de Galle

  1. Coucou Maud, bon je ne peux m’empêcher de partager les liens sur ma page facebook…Encore une fois continue…Bravo
    Isabelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s